Publicité 1

samedi 11 janvier 2020

Portland, Oregon – Partie 2

Pour la deuxième partie de mon périple, j’ai décidé de louer une voiture et d’aller découvrir les environs de Portland soit Willamette Valley et ses vignobles. C’était en fait le plus beau cadeau que je pouvais m’offrir, surtout que lorsque je suis arrivée au bureau de location de véhicules, j’avais le choix entre une décapotable ou encore un gros VUS. Vous comprendrez assez rapidement que mon choix c’est arrêter assez sur la décapotable juste en m'imaginant rouler cheveux au vent à travers les champs de vignes ! 


C’est donc un peu stressée que j’ai saisi le volant de la petite Beetle argentée (hey oui !!) pour aller me promener sur l’autoroute 5. Le trafic n’étant pas pire que celui de la ville de Québec, ça m’aura pris tout au plus 45 minutes pour me rendre à mon Airbnb. 



HÉBERGEMENT 
Parce que les hôtels étant plutôt rares dans la région et parce que je voulais vivre pleinement l’expérience, je préférais encore la location d'un Airbnb. J’y ai donc déniché un studio qui se trouvait sur une petite ferme. Ce dernier se trouvait dans un ancien garage de maison reconverti en deux studios. Deux grandes portes blanches servaient de portes d’entrée. Par beau temps, il était possible de les laisser ouvertes et laisser entrer la lumière à l’intérieur. L’endroit était d’une propreté impeccable, le lit hyper confortable et surtout, j’étais entourée par une nature magnifique. À mon arrivée, j’ai été accueillie par deux gros chiens heureux de se faire une nouvelle amie ! 



Au loin, j’entendais des chèvres bêler de curiosité. Une simple petite visite et quelques grattements d’oreilles ont suffi à les calmer. Du coup, je me suis arrêter, j'ai regarder les alentours, j'ai pris une grande respiration et je me suis laissée imprégner par le calme environnant. Cet endroit était exactement ce dont j’avais besoin. 



DOMAINE ROY & FILS 
Le premier vignoble que j’ai visité est arrivé dans ma liste par pure coïncidence. Quelques semaines avant de partir en voyage, j’ai appris que le conjoint d’une ancienne collègue de travail était partenaire dans un vignoble. Nous avons été mis en contact par une amie commune (allô Josée!et voilà, le lien était créé ! J’ai donc rencontré Alain Plamondon qui m’a expliqué comment était né le Domaine Roy & Fils en 2012. Sans entrer dans les détails, question de ne pas vous perdre, je peux vous dire qu’au départ, le Domaine Beaux Frères et un certain Robert Parker y étaient impliqués. Maintenant, le domaine vole de ses propres ailes et produits de belles bouteilles! 




J’ai également appris quelques nouveaux termes comme « vin de goutte » et « vin de presse ». Le premier étant le jus extrait du raisin. Quant au « vin de presse », il est extrait du marc suite au pressage. Vous vous demandez ce qu’est le marc ? C’est tout simplement le résidu du raisin. Vous savez, le fond granuleux désagréable qui se retrouve dans certaines bouteilles et que l’on boit par inadvertance ?  


La région où se trouve le domaine est entourée de volcans et donc d’un sol volcanique de couleur rouge qui est riche en fer et qui porte le nom de Jory. Ce sol est typique à la Willamette Valley et tire son nom de la famille Jory s'étant installée dans la vallée au 19e siècle. Ce dernier, apporte bien entendu de la minéralité aux vins de l’Oregon, mais aussi des notes de fruits rouges et de cerises. Je suis repartie avec une bouteille d’Incline 2016 fait à 100 % de raisins de Dundee Hill que je n’ai pas encore ouverte. Puis, en décembre dernier, j’ai reçu en importation privée avec Rézin, une caisse de Terry Family 2017 dont le vin est on ne peut plus représentatif du « jory soil » que j’ai tant adoré ! Si vous aussi vous désirez découvrir les vins du Domaine Roy & Fils, je sais qu’à certaines succursales on peut actuellement retrouver l’Incline 2017 et le Petit Incline 2016. Vous verrez, vous ne verrez plus le pinot noir de la même façon!   


Alain a également eu la gentillesse de me laisser me promener dans le vignoble tôt le matin avant l’ouverture de la salle de dégustation et pendant que les travailleurs s’affairaient à bichonner les vignes. J’ai pu ainsi me promener et y photographier de petit pinot noir en formation ainsi que les oliviers qui entourent la bâtisse. J’ai ainsi pu apprécier encore plus la magnifique vue qui s’offrait à moi.  

ADRESSE:
DOMAINE ROY & FILS 
8351, NE Worden Hill Road, Dundee, Oregon 


PENNER-ASH 
Il était important pour moi de visiter un domaine dirigé par une femme et dont les vins sont également élaborés par une femme. Celui de Penner-Ash est rapidement arrivé sur la liste. Lynn Penner-Ash est dans le domaine depuis plus de 30 ans, dont 18 ans, pour Penner-Ash et elle est considérée comme une des premières femmes vigneronnes de l’Oregon. Son vignoble est situé à environ 10 minutes de voiture du Domaine Roy & fils et a été acheté par la Jackson Family Wines en 2016.  



C’est dans une salle de dégustation tout en bois avec un énorme foyer que j’ai découvert les vins Penner-Ash. Alain et Nancy m’ont accompagné pour cette visite, ce qui m’a permis de discuter encore plus avec et de développer une nouvelle amitié. Sur place, j’y ai fait une belle découverte pour un rosé fait à 100 % de pinot noir. Le Roseo avait des parfums de tarte aux fruits des champs avec une belle minéralité ainsi qu’une belle fraîcheur en bouche. Tout était en finesse et en féminité. 
Puis nous avons débuté les rouges avec le Bella Vida Vineyard. Ce dernier avait des notes de gousse de vanille sans tomber dans l’excès. Une touche d’épices et de cerise noire venait surprendre et envelopper les papilles. Nous avons ensuite dégusté le Estate Vineyard Yahmill-Carlton 2016 où les saveurs de cerises au marasquin et de vanille enrobaient la bouche pour se terminer sur des notes de fraises et de crème fraîche.  


Malheureusement, les produits Penner-Ash ne sont pas disponibles en SAQ et je ne sais pas si quelqu’un les représente au Québec. Je viendrai corriger ce texte si jamais j’apprends que les produits deviennent disponibles dans la province. 

ADRESSE : 
PENNER-ASH WINE CELLAR 
15771 NE Ribbon Ridge Rd, Newberg, Oregon 


ADELSHEIM 
Le lendemain, après une belle nuit de sommeil à la ferme, j’étais prête à aller me balader en solo pour y découvrir un nouveau vignoble. Sur la liste, il y avait Adelsheim, qui m’a été référé par la maison d’importation Mark Anthony. M. Adelsheim a lui-même eu la gentillesse de m’écrire pour s’excuser de ne pas pouvoir être présent lors de ma visite tout en m’assurant que je serais entre de bonnes mains et ce fut le cas. Dès mon arrivée, j’ai été accueillie par Briana et Lindsey avec un délicieux verre de rosé pour ensuite faire une visite privée de la cave. Honnêtement, on prend vite goût à ces délicieux rosés de l’Oregon! 


Par la suite, je suis allée visiter la cave et la salle de production. Pour y accéder, nous devions descendre un escalier de pierres en forme de colimaçon qui donnait l’impression d’être dans un donjon. Étant le mois de mai, la salle de production était inactive, mais nous sommes entrées dans la cave où se trouvait les barriques remplies du délicieux nectar. Dans le hall, un puits de lumière apportait un peu de clarté naturelle à cette pièce tout en béton gris. Un lustre suspendu apportait de la modernité à cette architecture froide aux inspirations médiévales et venait certainement donner de la chaleur aux repas privés qui s’y tiennent à l’occasion et qui doivent être très agréable. 


Par la suite, nous sommes retournées sur la superbe terrasse pour que je puisse y découvrir un des plus beaux endroits de dégustation. Pour tout vous dire, la néophyte en moi était plutôt gênée de tout ce décorum, mais j’étais là pour apprendre, alors je me suis vite ressaisie ! Heureusement, car j’ai pu découvrir un cépage rare de pinot blanc à 100 % provenant du Bryan Creek Vineyard, un 2017 vintage Chehalem Mountains qui, avec sa délicate note de pétrole et une autre plus forte de pomme verte, apportait beaucoup de fraîcheur en bouche... un tartare de saumon à la pomme verte aurait été parfait pour l’accompagner ! 



Par la suite, après en avoir appris un peu plus sur les pinots et leur différents terroir et saveur, j’ai fait connaissance avec le chardonnay. Le Staking Claim 2016 enrobait le palais de ses arômes de poire asiatique accompagnée d’une touche de noix de coco ainsi que de beurre. Son côté légèrement liquoreux m’ont fait penser qu’il pourrait très bien accompagner des crevettes sautées au gingembre et à la coriandre!  D’un premier contact avec le chardonnay de l’Oregon, nous sommes passées à un deuxième. Le 2016 Ribbon Springs Vineyard qui est un Single Vineyard, c’est-à-dire que les raisins proviennent d’un seul vignoble. Ce dernier a passé 12 mois en fut de chêne français où les arômes de beurre et d’ananas ont pu se développer. Ce dernier vin s’est également mérité les honneurs du meilleur Chardonnay de l’année de la part du Wine & Spirits Magazine. Si ce n’était que j’avais encore d’autres vins à déguster et aussi à prendre la route, j’aurais volontiers accepté un deuxième verre. 



Puis, de blancs, nous sommes passés aux rouges. Heureusement, le Breaking Ground 2015 était le vin de transition parfait. Facile à boire et tout en douceur. Puis, c’est la finesse qui a fait son entrée. Le Calkins Lane 2014 qui a passé 10 mois en fut de chêne français est venu titiller mes papilles avec ses flaveurs de framboises et bien entendu de cerises au marasquin, ce goût qui caractérise tant le pinot noir. Puis ce fut le tour du Boulder Bluff 2015 dont les raisins proviennent de la parcelle la plus élévée du vignoble. Le sol volcanique qui s’y trouve confère au vin des notes plus sèches, une texture plus veloutée ainsi que des arômes de mûres et de noisettes grillées. Un peu plus de complexité et de texture que je me suis amusée à découvrir. C’était mon troisième vignoble et tranquillement je commençais à reconnaître les différences subtiles entre chacun des vins dégustés voire même entre les pinots noirs. C’est pourquoi j’ai été un peu plus en mesure de vous les décrire malgré mon vocabulaire et mes connaissances de débutante.  


Vous aussi vous voulez découvrir les vins Adelsheim? Sachez qu'il y a quelques rare bouteilles dans certaines SAQ.

ADRESSE : 
ADELSHEIM VINEYARD 
16 800 NE Calkins Lane, Newberg, Oregon 


BROOKS WINERY 
C’est mon ami Rémy qui m’a donné le contact pour ce vignoble qui s’est avéré être un coup de cœur. L’endroit est magnifique avec sa terrasse donnant sur un jardin coloré. Si la chance est avec nous, de la terrasse on peut apercevoir à l'horizon le mont Hood, le mont Adams et le mont Saint Helen, mais un nuage d’humidité brouillait la vue ce jour-là et rendait invisibles ces montagnes aux neiges éternelles. 


Brooks Winery a été fondé par Jimi Brooks, un homme au charisme contagieux qui est disparu tragiquement à l’âge de 38 ans en plein pendant les récoltes. Suite à sa disparition, des dizaines de vignerons voisins sont venus prêter main-forte au vignoble pour les vendanges et pour la vinification. Peu de temps après, c’est sa sœur, Janie qui a repris les rênes en attendant que le fils de Jimi, Pascal, alors âgé de 8 ans, soit en âge de gérer l’entreprise. Leur histoire aura inspiré le film « American Wine Story » (cliquez ici pour le lien vers la vidéo ). 


Puis il y a le jardin qui est un passage obligé lorsque vous visitez le vignoble. En effet, le jardinier et la chef Norma Buchholz travaillent en symbiose pour créer un jardin coloré, diversifié et comestible. Le jardin est composé de fleurs, d’herbes, de légumes et d’arbres fruitiers, ce qui attire les abeilles qui ensuite serviront à la pollinisation puis au restaurant du vignoble pour la préparation des plats. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance des abeilles maçonnes. C’est Darrick Green, le maître de chai, qui m’a présenté cette petite abeille sans dard et qui s’est adapté à l’humain. Tout en m’expliquant l’importance de cette espèce d’abeille dans la pollinisation des vignes, une d’elles se laissait gratter le dos par Darrick et ce, sans broncher, tout aussi docilement qu’un petit chaton l’aurait fait. 


 Nous avons ensuite fait le tour de la salle de production. L’espace était vide, mais à la saison des vendanges la salle bourdonne d’activité avec l’arrivage des raisins provenant de plus d’une trentaine de producteurs avoisinants. Darrick était d’ailleurs bien fier de me présenter la méga giga presse à raisins qui était toute neuve et qui faisait une hauteur de deux étages. Par la suite, Darrick est retourné travailler et moi je me suis dirigée vers la salle de dégustation qui était magnifique, chaleureuse et beaucoup moins classique que ce que j’avais pu voir jusqu’à maintenant.  


 Sur place, j’ai fait connaissance avec l’Estate pinot gris Eola-Amity Hill 2017 qui enrobait la bouche avec des saveurs de pomme et de zeste de citron ce qui était un accord parfait avec le filet de sole au citron couvert de fines herbes provenant du jardin. J’ai aussi découvert avec surprise que le Riesling et le Gewurstraminer poussait également en Oregon. J’ai donc pris un petit « Gewurst » question de finalement constater que j’étais aussi en vacances et que j’étais également là pour mettre mon cerveau à « off » et profiter de l’instant présent. Question de terminer ma visite des vignobles comme elle avait commencé, je me suis laissée tenter par le Eola-Amity Hills 2016 Crannell pour me laisser envahir encore une fois par les arômes de cerise noire bien mûre, de prune en plus d’une touche de coriandre pour un peu de fraîcheur.  


Il était maintenant le temps de me rendre au souper chez mes nouveaux amis non sans faire un arrêt chez Fred Meyers pour y acheter quelques fromages locaux dont un cheddar fort fumé au feu de bois dont je n’ai pas retenu le nom, mais qui a fait sa marque tellement il était délicieux ! 

Malheureusement, les vins Brooks Winery ne sont pas représenté au Québec ni disponible en SAQ. Si la situation change, je viendrai mettre à jour l'information.

ADRESSE : 
BROOKS WINERY 
21 101 SE Cherry Blossom Lane, Amity, Oregon 


MANGER 
Côté gastronomie, Willamette Valley n’est pas en reste. Les produits locaux sont à l’honneur à bien des endroits, mais c’est au Red Hill Market que mon amie Nancy m’a conseillé d’aller. L’endroit étant situé à quelques minutes seulement de chez Roy & Fils, je m’y suis donc arrêté pour le lunch. L’établissement offre des repas gourmands ainsi qu’une multitude de produits locaux. J’y ai fait la découverte avec bonheur des vins en cannettes, format parfait pour une personne seule qui veut bien boire sans ouvrir une grosse bouteille.  


Pour le lunch, j’ai opté pour un sandwich sur pain baguette (ce qui est rare aux États-Unis) avec rosbif cuit sur feu de bois, fromage bleu, miel et oignons verts. La viande était juteuse et hyper savoureuse dû à sa cuisson sur feu de bois. Le pain grillé apportait du croquant et de la texture.  


Après mes deux dégustations de l’après-midi, je n’avais pas le courage d’aller seule au restaurant, mais plutôt envie d’aller profiter de ma petite ferme. J’ai donc été très originale et suis retournée au Red Hill Market pour une pizza margarita pour emporter. 


Honnêtement, ce souper fut mon plus beau moment du voyage. J’étais peut-être seule, mais j’avais une pizza cuite sur feu de bois, une bouteille de vin (un pinot noir « of course »), un jardin avec vu sur de jeunes vignes qui étaient inondées par les derniers rayons du soleil qui se couchait. J’avais aussi les deux pieds sur un vieux chien noir qui dormait paisiblement, un autre qui courait autour de moi ainsi que le cri des chèvres comme trame sonore. Voilà ce que j’appelle un moment de pur bonheur... je n’avais besoin de rien de plus... simplement de me connecter avec ce moment. C’est peut-être pour ça qu’encore à ce jour, cette pizza est encore pour moi la meilleure que j’ai mangé ! 

ADRESSE : 
RED HILL MARKET 
155 SE 7th Street, Dundee, Oregon. 


 LA PLAGE 
Au départ, je devais rester dans les environs de Willamette Valley et Portland. Toutefois, une collègue qui planifiait aller en Oregon quelques mois après moi m’a parlé de Cannon Beach. L’endroit est mythique à cause du Haystack Rock qui se dresse à quelque pas de la plage et qui fût le décor de quelques film. Rapellez-vous la course de "pickup" sur la plage qui a fait rêver bien des petits garçons dans les années 80 dans les Goonies ou encore cette scène où Keanu Reeves laisse partir Patrick Swayzy vers sa dernière vague dans le film des années 90 Point Break (qui nous bien fait rêver nous les filles !). Pour les plus jeunes, il y a eu Twilight dans la scène où  Bella et ses copains partent faire du surf. Tout ça pour vous dire que l’endroit est magnifique surtout lorsque le ciel est gris-blanc et qu’un crachin vient vous frapper le visage. La magie de l’endroit y est quintuplée. Ce jour-là, à cause de la température, la plage était quasiment déserte et j’aurais pu y passer des heures s’il avait fait plus chaud. 



Après deux heures de marche sur la plage, je suis allée me réchauffer au The Pelican Brewing où semblaient s’être réfugiés les quelques rares touristes de la petite ville. La microbrasserie ressemblait à bien d’autres que l’on voit ici au Québec sauf que j’ai pu manger mon burger de bœuf local avec une cuisson médium saignant (alléluia !!), une confiture de bacon (ouep !), une sauce barbecue à la stout et des oignons frits... le bonheur ! Il était si énorme que j’ai dû me résigner à le manger à la fourchette, au diable les convenances ! Et puis tant qu’à être au pays de la IPA, j’ai accompagné mon burger avec la 3 capes, une bière fruitée aux arômes délicats de pamplemousse entrecoupés par ceux de la fraise le tout sans trop tomber dans le cliché pour que l’essence d’une IPA demeure.  



Le temps passait et je devais tranquillement penser à reprendre la route vers Portland pour ce qui serait la troisième partie de mon voyage. J’ai fait un dernier arrêt au Sleepy Monk juste avant de reprendre le volant pour un café au lait bien moussé. L’endroit était bondé et le comptoir rempli de « cookies » maison et autres petites douceurs. Si je n’avais pas englouti de burger géant juste avant, j’aurais volontiers pris un brownie. Je dois vous dire qu’à cause de certaines réactions de mon corps face à la caféine, je dois m’en tenir au décaféiné et la plupart du temps, ces derniers ne sont qu’un pâle reflet de ce que je pouvais boire avant. 


Mais cette fois, j’ai trouvé mon match... le seul problème est qu’un continent nous sépare. Je pouvais enfin goûter le grain de café torréfié avec des arômes de chocolat (hummm !!!). Je l’ai donc dégusté tout doucement en m’attaquant aux courbes sinueuses, mais combien magnifiques de l’autoroute 26 ! Imaginez-vous simplement rouler dans une nature luxuriante ou les branches d’arbres forment un tunnel sans fin. Je ne vous dis pas le nombre de « Oh ! » et de « Wow ! » que j’ai pu dire pendant l’heure et demie qui m’a mené jusqu’à Portland ! 



ADRESSE 
PELICAN BREWING – CANNON BEACH 
1371, S Hemlock St, Cannon Beach, Oregon 

SLEEPY MONK 
1235 S Hemlock St A, Cannon Beach 


L’aventure pouvait continuer, mais dans un autre quartier de la ville dont je vous parlerai très bientôt. 

******************************************* 

Un merci tout spécial à Alain Plamondon et Nancy du Domaine Roy & Fils pour tous ces beaux moments. J’espère vous revoir très bientôt ! 

Merci à Marie-Lou de chez Mark Anthony de m’avoir permis de vivre une superbe expérience chez Adelsheim. 


Pour terminer, merci à mon ami Rémy Charest qui m’a fait connaître Brooks Winery en plus de me faire une belle liste de vignobles que je n’ai malheureusement pas pu visiter. Je me dit que ce n’est que partie remise ! 

Aucun commentaire: