Publicité 1

dimanche 24 mars 2019

Ce que vous devez savoir sur le nouveau restaurant La Tanière³...

Nous l’attendions depuis 2014, mais c’est finalement le 20 mars dernier qu’a rouvert le restaurant la Tanière³. Une semaine avant l’ouverture, j’ai eu le privilège d’être invitée en compagnie d’autres médias à découvrir la nouvelle mouture du restaurant qui a déjà été décoré de 5 diamants. C’est dans les anciennes voûtes du restaurant le Cavour qu’a élu domicile l’établissement, soit à deux pas de la Place Royale et sous son petit frère l’Orygine.


Comme l’a si bien dit un de mes amis, le restaurant n’a rien d’ordinaire et je vous confirme que ni le décor ni le menu ne le sont! À la Tanière³, on veut vous faire vivre une expérience, et ce, dans toutes les sphères qu’il sera possible d’exploiter. Bien entendu, l’établissement autrefois situé dans le rang St-Ange à Saint-Augustin-de-Desmaures désire garder son ADN axé sur les produits d’ici et l’histoire.Toutefois, le gibier qui était la vedette de la première version du restaurant et la cuisine moléculaire de la seconde seront délaissés pour faire place à un spectacle gastronomique inspiré par notre terroir.

Tout d’abord, vous devez savoir que La Tanière³ ne fonctionne que sous réservations et celles-ci doivent se faire via leur site web. Au moment de réserver, vous devrez acheter un premier billet de 50$. La balance du repas sera payée directement au restaurant lors de votre repas. Le prix total pour une expérience qui comptera de 15 à 20 services sera d’environ 150$, je dis environ, car le prix ne comprend pas les consommations. De plus, le prix de ce dernier sera modulable selon l’heure et la journée de votre réservation. C’est donc dire que si vous réservez un mercredi à 17h15 votre repas risque d’être moins cher que si vous réservez un samedi soir à 19h. Seulement 48 places sont disponibles dont 38 en salle à manger et 10 au bar-chef. À noter que le maximum pour une réservation est de 10 personnes si et seulement si le bar-chef est disponible. Sinon, en salle à manger ce sont des groupes de 6 personnes maximum qui seront être acceptés. La raison étant d’offrir une expérience client à tous les convives sans qu’ils soient dérangés par des groupes un peu plus fêtards ou bruyants! Moi je dis: Hallelulia!


24h à 48h avant votre réservation vous recevrez une confirmation informatique ainsi qu’un code. Ce dernier vous servira à ouvrir la grande porte jaune située au 7, rue Don-de-Dieu. Là c’est comme si vous entriez dans une forêt faite d’ombres chinoises, ambiance et odeurs inclues. Personne ne vous attend à l’entrée, mais vous trouverez facilement votre chemin à travers cette forêt mystérieuse jusqu’au bureau d’accueil. De là, on vous conduira dans la première voûte dont un des murs est orné d’une fresque d’orignal. De petites bouteilles remplies de potions multicolores faites  maison attendent sur le bar et serviront à préparer des cocktails qui vous feront découvrir de nouvelles saveurs! Que choisirez-vous comme destination? Kamouraska ou le Lac-Saint-Jean? 


Lors de la visite, on a bien pris soin de nous présenter une partie de l’équipe composée d’une quarantaine d’employés et qui veilleront à votre bien-être tant dans les cuisines que sur le plancher. Une équipe jeune et dynamique dont fait partie Roxan Bourdelais comme directeur de salle et François-Emmanuel Nicol chef de La Tanière³ qui sont également deux des quatre nouveaux actionnaires à se joindre au groupe La Tanière. 


Cette première voûte vêtue de béton et de cuir, est dédiée au Terroir et au territoire. Là, nous avons eu droit à un avant-goût de ce à quoi pourrait ressembler une petite partie d’un menu où Kamouraska et le Lac-Saint-Jean seraient à l’honneur. De petites bouchées composées d’un cœur de canard sublime aux graines de chanvre, d’un gravlax de cerf au wasabi sauvage (car oui, il y a de la racine de wasabi qui pousse au Québec) et d’un topinambour farci de crème fraîche et d’œufs de saumon ont rapidement aiguisé notre curiosité. Petite mention spéciale pour la pierre de présentation qui est en fait une pierre de céramique moulée à partir d’une vraie pierre trouvée sur les berges d’une rivière. Côté cocktails, nous ne sommes pas en reste et j’ai eu un gros gros coup de cœur pour leur version du Ramos gin fizz au lait d’avoine et shrub de sureau. Même les glaces étaient aromatisées à la camerise et au sapin afin de faire évoluer le goût du cocktail au fur et à mesure qu’elles fondaient. Le chef François-Emmanuel a également fait mention d’un menu qui peut être proposé en version végétarienne, voire même végétalienne, en plus de pouvoir s’adapter aux différentes allergies.Toutefois, ces demandes doivent être effectuées au moment de faire la réservation étant donné le travail de recherche supplémentaire qui doit être fait. 


Nous sommes ensuite entrés dans la salle où un majestueux bar-chef au comptoir de granite noir siège en plein centre entouré d’immenses chaises blanches, offrant une vue sur la magnifique cuisine ouverte aux murs tapissés de céramiques noires. C’est à cet endroit qu’on nous a fièrement présenté les couverts. Ces derniers ont minutieusement été développés avec un historien et un céramiste et chacun d’eux viendra avec une anecdote sur le contenant ou le contenu au moment du service. Il va s’en dire que pour la brigade, il était hors de question de présenter du caviar du Lac St-Pierre dans une assiette quelconque! Un « burning plate » a même été créé pour servir un plat fumant afin de rappelant ainsi un incendie qui a déjà ravagé le quartier. Comme les autres restaurants du groupe, la brigade se fait un honneur de n’utiliser que des ingrédients locaux, donc aucun citron ni fruit ou légume exotiques qui ne poussent dans les environs n'entre dans les cuisines. C’est ainsi que même si votre dessert a un goût de cerise, il n’y a aucune cerise sur la liste des ingrédients, mais plutôt une huile essentielle de petit merisier. Vous risquez également d’y retrouver des topinambours ou autres légumes qui auront subi une réaction de Mallard, la même qui transforme l’ail en ail noir. Aussi bien vous dire tout de suite qu’à La Tanière³, on repousse les limites de l’audace et qu’ils ont une équipe solide et créative qui s’occupe de ce dossier!


On ne peut passer sous silence la salle de bain dont la vanité de verre est magnifiquement remplie d’un tapis de mousse et de fougères rappelant les sols de nos forêts québécoises. Face au miroir, une œuvre de Sébastien Riopelle, artiste chouchou de Frédéric Laplante, orne le mur!


La salle à manger n’étant pas encore prête, nous sommes passés directement dans la voûte des desserts, vous aurez donc compris que d’une manière ou d’une autre, vous aurez à vous lever et à vous déplacer pour les différents services du repas. Cette dernière salle est un clin d’œil à Laurier, le premier propriétaire de la Tanière. La voûte est entièrement décorée de bouleaux qui proviennent de l’érablière de Laurier Therrien. Ceux-ci confèrent une ambiance féérique à la salle, comme si vous étiez dans les ruines d’un château abandonné. Mariska, la chef pâtissière nous a présenté un dessert composé d’un crumble de seigle et de carvi et d’une glace où les saveurs de panais et de petit merisier (le fameux goût de cerise!!) se mariaient harmonieusement.


Maintenant, la glace est cassée, le rêve de Frédéric Laplante et Karen Therrien de faire revivre la Tanière³ dans un endroit plus accessible et plus près de la clientèle est maintenant réalisé, et ce, dans un décor unique et splendide où son nom prend encore plus son sens. J’aurai d’ailleurs sous peu l’occasion de vivre l’expérience en entier et j’en suis très fébrile! Je pourrai ainsi vous raconter plus en détail cette immersion dans un monde culinaire où le souci du détail et la créativité sont à leur plus haut niveau ce qui, jusqu’ici, n’existait pas encore à Québec. Mais surtout, n’attendez pas mon article pour réserver et vivre votre propre expérience! 

ADRESSE:
La Tanière³
7, rue Don-de-Dieu
Sur réservation seulement via le site web juste ici

***********************************

Merci au Groupe La Tanière pour l'invitation médias.

Aucun commentaire: