Publicité 1

dimanche 16 décembre 2018

Le Pied Bleu, une cuisine généreuse...

Depuis quelques années, Québec est devenue gourmande! Une panoplie de nouveaux petits restaurants viennent pimenter le paysage de la Capitale nationale ce qui fait que nous délaissons nos petits chouchous du tout début question de découvrir de nouvelles saveurs. Mais de revenir dans ces restaurants qui ont été les précurseurs de la ville procure un certain réconfort. Vous savez ce genre de sentiment qui est comme de revenir chez de vieux amis que vous n’avez pas vus depuis longtemps. C’est exactement ce genre de sentiment qui m’a habité lors de ma dernière visite au Pied Bleu.


Lorsque j’ai reçu l’invitation, j’ai fait des pieds et des mains pour trouver un moment dans mon agenda pour aller visiter Thania et Louis, les deux propriétaires que je suis depuis les débuts du restaurant. Connaissant leur penchant pour une cuisine généreuse et... hum... riche, j’ai eu la présence d’esprit d’inviter mon ami Rémy qui a une bonne fourchette et à qui les mots « tripes » et « abats » ne font pas peur. Pour la suite de l’histoire, estomacs sensibles s’abstenir.

Question de renouer avec mes anciennes habitudes, j’ai titillé mon estomac avec un verre de communard, la version vin rouge du kir classique. C’est le défilé de saladiers qui débuta le bal des assiettes. Bah... de la salade... le repas débutait en chochotte... sauf que dans la petite salade de lentilles qui semblait inoffensive, il y a avait des oreilles de cochons! Le fait est que les fameuses oreilles, on ne les voit pas donc, à moins de lire le menu ou encore que votre serveur vous l’annonce, impossible de les repérer! Voilà, la première surprise passée, j’étais prête pour la suite!


Le gras double fit son entrée! Ce plat consiste en des tripes confites dans le saindoux et comme ce n’était pas assez gras, on y a du beurre. Le but étant de bien envelopper notre estomac pour la suite du repas. Pour tout vous dire, c’était excellent! Dans le verre, La Petite Ours 2016, un Côtes du Rhône. Le deuxième plat de gâteau de foie de volaille représente bien la cuisine lyonnaise avec la quenelle de poulet et la sauce financière bien crémeuse!


Mon coup de cœur de la soirée a été sans l’ombre d’un doute le vol-au-vent aux ris de veau et au foie gras... oui, oui... vous avez bien lu! La cuisson était juste parfaite et j’ai beaucoup aimé le contraste de textures entre les abats moelleux et la pâte du vol-au-vent bien croustillante. Un plat que je partagerais volontiers à nouveau! Pour nous faire plaisir, nous nous sommes gâtés un petit peu avec un bon vin. Comme à l’habitude, lorsque je suis avec Rémy je m’en remets à lui pour ce genre de décision. Notre choix s’est arrêté sur le Morgon Côte du Py 2014 absolument sublime! Je suis toutefois désolée de vous annoncer que nous avons bu la dernière bouteille du cellier et c’est ce qui a fait pencher notre choix vers cette bouteille. 


Ensuite ce fut le tour du fish & tripes, c’est-à-dire le tablier du sapeur et homard. Le tablier du sapeur étant en fait un estomac de bœuf en panure. Un autre plat réussi! Puis ce c’était au tour des tripes à la mode de de Caen, un mijoté d’estomac de bœuf aux tomates. Au goût c’était délicieux, mais pour ma part, j’ai eu un peu de difficulté avec la texture un peu gélatineuse contrairement à la version panée que j’ai vraiment aimée. Mais ceci est tout à fait personnel ou encore culturel. Je considère le cas de l’estomac de bœuf comme celui des champignons. Certains adorent et d’autres détestent. 



Mais ce n’était pas encore terminé puisque Fabrice est arrivé avec une tourtinette de rognons. Je ne sais pas si je fais un sacrilège en écrivant cet énoncé, mais le plat me faisait penser à une tourtière du Lac St-Jean mais à la mode lyonnaise avec des abats et une sauce absolument délicieuse, brève, un autre coup de cœur! Puis toute visite au Pied Bleu n’est pas complète sans leur fameux boudin dont la réputation n’est plus à faire. Après 2 bouchées, j’ai dû déclarer forfait et je me suis résignée à laisser ma part à mon invité. 


Après tout ce salé, il nous fallait un peu de sucre et un petit quelque chose pour nous faire digérer. Louis est arrivé avec une grappa à la gentiane pendant que Fabrice nous a offert un spectacle flamboyant en nous préparant des crêpes Suzette au guéridon. Même si nous n’avions plus faim, nous n’avons fait ni une ni deux de Suzette qui baignait dans le Grand Marnier! C’est en dégustant une autre délicieuse grappa, cette fois au miel, que nous avons dégusté des projets des restaurateurs. Il y a bien entendu les comptoirs situés dans les Marché du Vieux Port ainsi que celui de Ste-Foy en saison où leurs charcuteries sont à l’honneur. Nous avons également appris que le restaurant Nha Toi fermerait ses portent d’ici la fin de l’année pour faire place à un nouveau concept de cuisine familiale.



Mais il reste que le Pied Bleu, c’est le Pied Bleu. Un restaurant qui a su se démarquer avec sa cuisine gourmande et généreuse qui utilise l’animal du bout des oreilles à la queue. C’est aussi un service efficace qui ne se prend pas au sérieux, mais bien maîtrisé. C’est notre petit bouchon québécois où on aime retourner pour y déguster des charcuteries où un plat réconfortant avec un verre de vin bien choisit. Là, on y refait le monde avec dans les oreilles du Joe Dassin, Dalida ou Edit Piaf. Et si vous n’y êtes encore jamais allé, que vous soyez aventureux ou non, l’adresse est à ajouter à votre carnet!

Adresse: 
Pied Bleu
179 Rue Saint-Vallier O
Québec, QC
Quartier: St-Sauveur
Tél. 418.914.3554
Site web

**************************************************
Merci à Louis, Thania et Sub Rosa pour l'invitation!

Aucun commentaire: