Publicité 1

dimanche 6 mai 2018

Charlevoix se raconte, première édition...

Combinez une chef à l’imagination fertile, un producteur de la région ainsi qu’un excellent raconteur, et vous aurez tous les ingrédients pour passer une soirée aussi originale que divertissante! C’est au Fairmont le Manoir Richelieu, il y a quelques semaines, qu’a eu lieu la première édition des soirées gastronomiques de Charlevoix se raconte, une soirée haute en couleurs et en saveurs.  


Pour cette première soirée, le chef Pierre-Laurence et sa brigade avaient élaboré un menu gastronomique autour des produits des Vergers Pedneault qui fêtent leurs 100 ans cette année. Un petit kir à la crème d’amélanchier à la main nous avons été invité à nous asseoir à une table du restaurant le St-Laurent afin d’y écouter l’histoire romantique de ce verger centenaire de L’Isle-aux-Coudres.

Tous les plats servis lors de la soirée étaient inspirés de la légende racontée par Dave Belley de la côte Bellevue, gardien de la vérité charlevoisienne un conteur qui a su nous garder en haleine tout au long du repas. Il fallait donc être bien attentifs à tous les petits détails tant de l’histoire que ceux des plats. C’est ainsi que le fromage Origine qui se trouvait dans la tartiflette au bacon de sanglier présentait le début de l’histoire d’amour entre Adam et la belle Florentine. Un délicat ceviche de pétoncle était accompagné d’une croustille de pommes et d’un espuma au sapin baumier, rappelant ainsi l’odeur des promenades en forêt après la pluie. 


Nous avons ensuite été invités à sortir nos talents d’artistes avec les confitures de prunes de Damas, celles d’amélanchier et de poires. Ces dernières accompagnaient un foie gras que l’on déposait délicatement sur un pain brioché moelleux et encore chaud! Un savoureux cappucino d’oignon précédait un agneau braisé à la sauce moutarde et cressin de foin, signature du chef Valton-Simard.


Le premier printemps des amours d’Adam et Florentine était représenté par un plat surprenant ni trop sucré ni trop salé composé d’eau de terre de pousses, de flanc de sirop de sève, de crumble de pain pumpernickel, de morilles et de chips de betteraves. Une glace à la pomme et au céleri présentée sur une petite lumière dont le jeu rappelait les couleurs d’une aurore boréale visible sur l’île, aurait été un parfait entre-met pour rafraîchir nos papilles quelque part entre le foie gras et l’agneau. 


L’assiette la plus spectaculaire de la soirée était sans nul doute cet arbre de chocolat surmonté d’un feuillage de barbe à papa à la pomme! Une glace à l’amélanchier et un gâteau moelleux au matcha se dégustaient doucement accompagnés d’un vin fortifié turc de type porto.


La soirée c’est terminé avec un petit caramel maison et la mélodie « d’Heureux d’un printemps » de Paul Piché comme trame de fond que le chansonnier du lobby venait d’entamer. Ma cousine et moi avons regagné notre chambre avec vue afin de profiter de la tranquillité qu’offre La Malbaie. La soirée fut belle et surtout généreusement gourmande! On m’a aussi dit que cette première expérience pourrait fort probablement être de retour avec une autre histoire et un autre producteur de la région dès l’automne. Ce qui ne m’étonnerait guère puisque ce ne sont pas les sujets qui manquent dans cette belle région! 

***********************************
Merci à l’équipe du Fairmont le Manoir Richelieu pour l’invitation média. Encore une fois j’ai été reçue comme une reine!

Aucun commentaire: