Publicité 1

dimanche 7 janvier 2018

Un dîner avec la Société des chefs cuisiniers et pâtissiers du Québec...

Le 3 décembre dernier, j’étais invité à un événement gourmand bien spécial en compagnie de la Société des chefs cuisiniers et chefs pâtissiers du Québec. Ce dimanche midi-là avait lieu le dévoilement des meilleurs chefs cuisinier et pâtissier de la région de Québec.

Ce sont Stéphane Modat (Fairmont Le Chateau Frontenac) et Julie Vachon (Julie Vachon chocolats) qui ont remporté les honneurs et qui représenteront notre belle région à travers la province. D’autres noms connus du paysage gastronomique de la ville étaient en lice pour les titres, dont Raphaël Vézina (Laurie Raphaël), Guillaume St-Pierre (Battuto), Christian Lemelin (Toast!), Gaël Vidricaire (Gaël Vidricaire pâtisseries) et Yves-Marie Rolland (Paillard). M. Jean-Caude Crouzet (Nourcy) s’est également vu remettre le prix Urs Abrecht pour son implication au sein de la SCCPQ quant au prix Étienne Bernard, il a été remis à Philippe Castel pour sa loyauté et la continuité de son engagement avec la SCCPQ.


Pour l’événement, c’est le chef Yvan Lebrun de l’Initiale à Québec qui nous a reçus à sa table, lui-même récipiendaire du titre en 2016. Certains ont pu enfin découvrir le talent de ce chef reconnu plus d’une fois par ses paires. Pour ma part, j’ai pris plaisir à apprécier une fois de plus le travail de cet artiste. Après un cocktail festif, ce fut le tour de l’entrée de veau grillé et séché en lamelles servi sur une purée de topinambour à la fève tonka et à la moelle. Le kumquat salé apportait de la couleur ainsi que la petite acidité nécessaire à l’équilibre du plat.


Le deuxième service était tout en délicatesse. L’omble lustré au babeurre et au raifort fondait littéralement en bouche, ce dernier était accompagné d’une endive braisée à la gremoleta d’épinette (oh la belle idée!). La peau croustillante déposée sur l’endive était délicieuse en plus d’être d’une finesse telle que l’on pouvait voir à travers. En attendant le 3e service, Mme Christine Plante, directrice générale des Lauriers de la gastronomie québécoise, est venue nous donner quelques informations sur le gala qui aura lieu ce printemps. L’organisation est tout ce qu’il y a de plus sérieux et est composée d’un comité issu de toutes les disciplines du milieu culinaire. En tout, ce sera 15 prix qui seront remis pour autant de catégories. Bien hâte d’en savoir un peu plus et de pouvoir partager l’information avec vous!


Avec le troisième plat, un nouveau mot est venu enrichir mon vocabulaire. J’ai appris ce qu’était une soubise, soit une sauce faite à partir d’oignons, de beurre et de fond blanc. Cette dernière accompagnait une brioche au feuilleté impeccable qui enrobait une savoureuse farce à la pintade.


Le dernier plat salé du service était un porcelet rôti enrobé d’échalote torréfiée et de croquettes de Sigline (ou Sieglinde, une variété de pommes de terre). La bouchée était parfaite lorsqu’on y ajoutait un peu de duxelles de champignons au verjus et de crème de cèpes.  


Les dents sucrées n’étaient pas en reste. Un sablé au café et un crémeux Moka venaient rafraîchir nos papilles. Toutefois, je dois dire que la description était aussi simple que la présentation était élaborée. Il faut dire qu’une mousse, une glace, un sablé et une meringue c’est beaucoup plus de travail que les quatre mots qui ont servi à décrire cette petite douceur. 


Quoi de mieux pour fêter la gastronomie de Québec que d’être entourée des meilleures toques de la région! De plus, je tiens à dire encore une fois Bravo à tous ces passionnés qui mettent leur art à notre service et qui donnent une saveur à notre belle ville! Je me considère privilégiée de pouvoir déguster vos délicieuses créations!

***********************************
Merci à Brouillard Communication pour l'invitation média.

1 commentaire:

laura a dit…

les assiettes sont superbes ! tu as dû tu régaler