Publicité 1

dimanche 2 octobre 2016

Paris et quelques adresses...

Il y a deux semaines j’étais à Paris sous une chaleur écrasante qui frôlait les 40°C avec l’humidité, chaleur idéale pour siroter un petit cocktail sur le bord d’un plan d’eau, mais plutôt pénible lorsque l’on doit travailler ou encore visiter une ville. Mais voilà, j’étais à Paris et comme à chaque fois, il y avait une petite voix intérieure qui me chuchotait à l’oreille la chance que j’avais de voyager pour mon travail, alors je me suis reconcentré sur les beaux vêtements que je regardais plutôt que sur la rivière qui me coulait partout sur le corps. Après cette première longue journée en terre française, je ne vous cacherai pas que mon petit plaisir à moi est d’aller prendre une longue douche pour ensuite prendre mon repas du soir dans le confort climatisé de ma chambre pour ensuite aller me mettre à l’horizontale le plus rapidement possible.


Notre hôtel étant situé dans le 8e arrondissement, il est plutôt facile de trouver de bonnes adresses abordables où se sustenter tout en étant en dehors des sentiers touristiques. Avant de partir, je fais toujours une petite recherche de repérages pour voir si de nouvelles adresses sont assez intéressantes pour faire le bonheur de nos papilles. C’est donc ainsi que j’ai découvert La Pâte à Nouilles, un micro restaurant qui se trouve à deux coins de rue de mon hôtel et où les fameuses nouilles sont préparées sur place pour y préparer des bols de soupes géants et de généreux sautés. Bizarrement, malgré la température hors-norme, j’avais vraiment envie de goûter à un bon bouillon bien chaud, il faut dire que j’avais prévu le coup en augmentant la climatisation de ma chambre. L’accueil des propriétaires est le premier point positif de mon expérience. Ces derniers m’ont reçu avec le sourire même si je demandais un repas pour emporter. On m’a ensuite gentiment invité à m’asseoir à une table pendant que l’on préparait ma commande. Pour 15€ j’ai eu droit à une entrée, une soupe-repas et une boisson (alcool inclus!). J’y suis donc allée avec un rouleau de printemps, une soupe au bœuf pimenté et une Tsingtao. Une seule petite déception, j’avais une envie folle de mochi mais il n’y en avait plus. La soupe au bœuf pimenté m’avait fortement été recommandée tout en m’assurant qu’elle n’était pas si pimentée que ça... pour être franche, ma bouche disait toute autre chose sauf que c’était tellement bon que je n’ai pas été capable de m’arrêter. Le feu c’est doucement calmé et j’ai finalement mangé tout le contenu du bol pour ensuite aller me coucher et dormir comme un bébé.


Comme la deuxième journée était encore plus chargée, nous avons décidé de ne pas nous compliquer la vie et d’y aller selon notre envie du moment. À sept c’est parfois compliqué lorsque nous n’avons pas de réservation, mais nous avons toujours deux options que nous gardons dans nos poches pour ce genre de soirée. Il nous suffit tout simplement de choisir entre l’Italien ou le Chinois du coin. Ce soir-là, c’est le Chinois qui l’a emporté. Avec le temps, Chez Kheng est devenue une de nos cantines favorites. En plus de toujours avoir une table pour nous, le propriétaire nous y accueille toujours avec son sens de l’humour sympathique sans compter la délicieuse nourriture qui y est servie. Là, les rouleaux impériaux y sont avec des feuilles de salade et de menthe qui servent à enrober les rouleaux, ça apporte plein de fraîcheur. On retrouve également des dumplings ou encore un délicieux pad thai. Il a été difficile de décider qui aurait droit à la dernière bouchée du plat de bœuf aux champignons et en ce qui est du riz cantonnais, la question a été vite réglée puis que nous en avons commandé 4 plats, soit 1 pour 2 personnes. La liste des desserts y est très longue, et celle des fameux beignets est impressionnante! On dirait qu’aucun fruit n’est laissé pour compte. Cette fois-ci je me suis laissée tenter par celui à la mangue et c’était dé-li-cieux! L’endroit est situé sur une rue très tranquille du 8e arrondissement et le soir, il est principalement fréquenté par les gens d’affaires qui logent dans les hôtels voisins. Je peux vous assurer que Chez Kheng, vous allez manger à votre faim, et ce, sans vous ruiner.


Lors de notre dernière soirée, nous avons joint l’utile à l’agréable en faisant découvrir la cuisine française traditionnelle à nos collègues qui voyaient Paris pour la première fois et également profiter de la localisation du restaurant pour aller se promener sur le Champ-de-Mars et voir la tour Eiffeil scintiller. Le P’tit Troquet était tout indiqué puisque l’endroit est coquet, la nourriture exquise et que le budget est loin d’être défoncé avec la formule à 32€ incluant une entrée, un plat principal ainsi qu’un dessert. C’est alors que se sont défilé plat de Tian de légumes, d’une généreuse portion de foie gras, des ravioles du Dauphiné croustillants (farcis au fromage) dont je rêve encore. Toutefois, je n’aurais pour tout l’or du monde jamais échangé mon œuf meurette aux girolles dans son jus au foie gras (au diable les calories quand on fait 8 km de marche par jour!)!


Côté plats principaux, le cabillau avec sauce à l’aneth semblait délicieux, le filet de bœuf au kumquat original et l’assiette de fruits de mer semblait fortement inspirée de l’Espagne. De mon côté, j’ai eu l’appel d’un grand classique, soit celui de la bavette de bœuf et de sa sauce béarnaise puisque j’avais déjà goûté au fameux bœuf bourguignon. Les assiettes étaient bien remplies sans être copieuses, ce qui laissait place à un peu de sucré. Je ne vous cacherai pas que la crème brûlée et le pot de chocolat ont été tendance à la table ainsi que l’assiette de fromages du pays. Comme je suis un peu marginale en ce qui concerne les desserts, c’est la compotée d’abricot et sa glace à la vanille qui a piqué ma curiosité. C’était simple, mais c’était aussi bon, bref, quelque chose que je pourrais facilement refaire à la maison et que je le mangerais avec autant de plaisir. Il nous fallait déjà partir, car il ne restait que 15 minutes avant que la grande dame de fer ne se donne en spectacle, ce qui a plutôt bien conclu ce court séjour de 3 jours à Paris. Le lendemain matin, il était déjà le temps de partir voir ce qui se faisait de beau et de bon à Londres.



Adresses :

La Pâte à nouilles (VIIIe arrondissement)
8 Rue de Castellane
Paris
Métro : La Madeleine

Chez Kheng (VIII arrondissement
20, rue de l'Arcade
Paris
Métro : La Madeleine

Le P'tit Troquet
28 Rue de l'Exposition
Paris

Métro : École-Militaire, La Tour-Maubourg

Aucun commentaire: