Publicité 1

mercredi 27 juillet 2016

La fois où j'ai été juge pour un concours culinaire...

En juin dernier j’ai vécu une toute nouvelle expérience en tant que Miss Papila. J’ai été invitée comme juge lors de l’«Iron Chef» des employés des restaurants Bâton Rouge. Pour tout vous dire, je n’avais aucune idée de ce dans quoi je m’étais embarquée jusqu’à ce que je me pointe le bout du nez au tout nouveau Bâton Rouge de la Place Ste-Foy.

Déjà en arrivant en haut des escaliers j’ai été prise par surprise, car l’endroit était bondé de monde. On m’avait bien dit que l’événement était plus gros que ce qu’il était censé être, mais j’étais loin de me douter que c’était à ce point. L’ouverture officielle dans les nouveaux locaux avait attiré bien des curieux et avec raison, car la nouvelle déco en valait le détour. Je me suis donc dirigée à la table des juges et c’est cocktail d’accueil à la main que l’on m’a expliqué que les 3 finalistes avaient été sélectionnés parmi 31 participants, soit 1 par succursale. Ces derniers devaient cuisiner un plat avec du poulet ainsi qu’avec des ingrédients déjà disponible au restaurant en plus d’un autre ingrédient de leur choix.


D’autres personnalités de l’industrie allaient juger avec moi dont Frank Le Cunff, chef exécutif pour Rational, Jean Bouthillier de E&J Gallo Winery (qui m’a fait découvrir des produits délicieux et bien différents du fameux White Zinfandel), Jason Lee du blogue Shut up and eat ainsi le non moins connu chef Giovanni Apollo. Le temps de faire connaissance quelques minutes et le premier plat présenté par Pierre Nault de Vaudreuil-Dorion arrivait. Les poitrines de poulet farcies de porc effiloché étaient costaudes, mais délicieuses. Ces dernières reposaient sur un lit de riz sauvage façon pilaf et de légumes grillés ainsi que d’une sauce bien relevée. Le plat était très bon, mais la portion était énorme pour ne pas dire gigantesque. La sauce volait la vedette au poulet et pour ma part, je trouvais le riz un peu trop cuit.


Les quelques minutes entre le premier et le deuxième plat m’auront permis de me remettre les idées en place. Je dois vous dire que d’être la cible de mutilples flash d’appareils photo et des lentilles de caméras m’ont un tout petit peu décontenancé, car, voyez-vous, je suis plus habituée à être derrière l’objectif que devant. C'était encore moins évident pour moi de prendre la première bouchée sous l’œil attentif des curieux qui auraient bien aimé être assis sur nos sièges !


Raphaël Cloutier de Drummondville nous a quant à lui présenté une immense croquette de polenta farcie au poulet et aux légumes. Cette dernière était accompagnée d’une salade de pois chiches et d’une mayonnaise épicée. Nous étions tous d’accord que la croquette était un peu sèche en bouche. Par contre, j’ai bien aimé l’idée de Jason de transformer la croquette géante en format de petites bouchées servies avec une trempette épicée qui serait bien agréable pour l’heure de l’apéro accompagnées d’un bon verre de vin.


Maryam Assaff de Halifax s’est avérée être la gagnante de la soirée avec ses filets de poulet croustillants. Le riz pilaf était de retour, mais cette fois-ci la cuisson était plus dans le mille. Des légumes sautés, un chutney de canneberges et des agrumes grillés venaient compléter le plat qui me ramenait tout droit à mon voyage au Tennessee à cause du poulet frit et de la sauce crémeuse. Le plat était équilibré et très savoureux. J’aurais volontiers rapporté ce qui restait de mon assiette!

Maryam est donc repartie avec les honneurs ainsi qu’un beau prix de 5000$. De plus, son plat se retrouvera sur le menu des Bâton Rouge dès le mois de septembre. Finalement, au bout des trois plats, je me suis habituée aux caméras et pour être franche, je n’ai pas du tout détesté cela. Oh, je ne vous dis pas que je vais m’inscrire à un concours de cuisine ni faire de la télévision demain matin, mais disons que c’est quelque chose que j’apprivoise tout doucement. Bref, j’ai bien aimé l’expérience ainsi que celle d’être juge pour un concours culinaire.

Aucun commentaire: