Publicité 1

mercredi 25 novembre 2015

Un nouveau chef pour le restaurant Le Cercle...

Il y a quelques semaines, sur les réseaux sociaux, je voyais passer l'annonce de l'arrivée d'un nouveau chef, Nikolas Couture, dans les cuisines du restaurant Le Cercle de la rue St-Joseph à Québec. Il vous semble déjà avoir vu une telle nouvelle passer? Vous n'avez peut-être pas tort puisque depuis l'ouverture de l'établissement, plusieurs chefs ont passé par les cuisines du Cercle que je qualifierais personnellement d'incubateur de talents. Il n'y a qu'à penser à David Forbes (Les Labours, Le Ciel!), à Émile Tremblay (Le Légende par la Tanière) ainsi qu'à Olivier Godbout (La Planque), pour ne nommer que ceux-ci. Il est fort à parier que le nouveau venu saura faire sa place sur le paysage de la restauration de la belle ville de Québec. Toutefois, le chef Couture n'est pas aussi nouveau qu'on puisse le penser puisqu'il a d'abord fait ses armes au restaurant La Salle à Manger de Montréal puis au réputé St-Amour à Québec.

C'est donc un soir de novembre que quelques médias ainsi que moi-même, nous étions conviés à découvrir le nouveau menu. La découverte a débuté par quelques items provenant de la liste des grignotines. Personnellement, j'ai un fort penchant pour les moules fumées en escabèche (c'est souvent ce que je prends) mais j'étais bien heureuse d'ouvrir mes horizons avec l'huître Malpèque servie façon téquila césars ainsi qu'avec le tendre acras de saumon servi avec une crème sûre aux agrumes. Toujours tiré du menu des grignotines, le trio de brochettes souvlaki composé de bœuf tendre à la teryaki, de poulet pané à la semoule de maïs ultra croustillant et d'agneau à la méditerranéenne savoureux saura plaire aux carnivores. Côté vin, on nous propose un vin Québécois du Domaine Gélinas, Le Cavalier du Versant 2012, une autre belle découverte faite chez nous!



Tiré du menu « Snacks », le steam bun au bœuf braisé à la texane et sa salade de chou façon kimchi coréen a fait l'unanimité de mes voisines de table. Je vous le dis, vous devez absolument essayer ce fameux petit pain vapeur tout droit venu de la Corée et adapté, de façon très sympathique, au palais nord-américain. Bref, si vous savez lire entre les lignes, j'ai eu un gros coup de cœur pour cette cuisine fusion modernisée et pas du tout banale pour les papilles! Côté vin, on a voulu bousculer encore un peu plus nos papilles en nous présentant un vin ontarien créé tout spécialement pour le restaurant Joe Beef de Montréal. Ce rosé de Norman Hardie de la région de Prince Édouard County est plutôt surprenant en bouche et n'a rien des rosés que l'on connait.



Côté plat de résistance, on nous a présenté une demi portion de lotte en croûte de noix et un ragoût de lentilles béluga accompagné d'une sauce coco et bacon râpé. La cuisson du poisson était parfaite mais bien que j'aime les lentilles, je trouve que lorsqu'elles sont servies en ragoût elles sont plutôt insipides. Ceci étant dit, c'est un avis tout à fait personnel. J'ai moi-même fait quelques tests de  ces fameux ragoûts de lentilles qui n'ont pas été concluant car je n'ai toujours pas trouvé l'ingrédient magique qui donnera un petit « humph! » à ce mijoté de légumineuse. Je me suis donc plutôt concentré sur le poisson, la sauce et sur le Chardonnay du Jura, l'Enchante-Merle 2011 du Domaine Rickjaert.



Pour le dernier plat salé, on a voulu nous épater avec une demi portion de tartinade de boudin servie avec une tartelette aux oignons caramélisés, un œuf au plat, de bacon croustillant et d'une verdurette qui a fait sortir plusieurs convives de leur zone de confort. Même ma sœur, qui m'accompagnait pour la soirée, a osé goûter au fameux boudin.Un petit truc pour encore mieux apprécier le plat, il faut crever le jaune d’œuf et s'assurer d'avoir un peu de tout dans la bouchée. C'est particulier de servir le boudin en tartinade mais c'est aussi une belle façon de s'y initier. Dans le verre, un rouge, le Bucéphale, un vin grec de Thomas Ligas (Tiens tiens! Le même vigneron que le Rosé bu chez Colombe St-Pierre !!! Décidément, j'ai un faible pour les vins de cette maison...et pour la Grèce!)



Puis, le chef est apparu pour nous présenter toute sa brigade qui, elle, portait un immense plateau qui contenait notre dessert! Ce dernier a su tirer bien des Oh!!! et des Wow!!!! tant il était spectaculaire! Du coup, nous avons fait connaissance avec Gabriel Messier, le tout nouveau pâtissier qui effectue un retour marqué en restauration après avoir travaillé au Laurie Raphaël pour aller faire un petit tour de quelques années dans le milieu des CPE (Oui! Vous avez bien compris, dans une garderie! Je connais des enfants qui devaient très très bien manger!). Je vous rassure, le bavarois à la poire accompagné de poires pochées, chips de poire (re-wow!), de biscuits miel et amandes, de sorbet au miel clémentine, d'un autre sorbet à la poire, une mousse au chocolat et pousses de menthe fraîche était tout ce qu'il y avait de plus complet quand on parle de dessert! Texture, goût, fraîcheur, sucré tout était au rendez-vous et que dire de la présentation!



Alors, tout ce qui me reste à dire est que je retournerai avec plaisir revisiter la table du Cercle et que je souhaite un bon succès au chef Nikolas ainsi qu'à sa brigade! Alors, qui vient avec moi pour le 5 à 7?

Adresse :
Le Cercle
226 ½, Rue St-Joseph Est
Québec
Tél. : 418.948.8648

***********************************************

Merci au restaurant Le Cercle pour l'invitation à découvrir le nouveau menu!

Aucun commentaire: