Publicité 1

mardi 28 octobre 2014

Paris, ville gourmande...

Paris en septembre, c'est tellement beau et ça peu aussi, mais plus rarement, excessivement chaud! Pour tout dire, je n'ai jamais eu aussi chaud que cette fois-ci. Habituellement, nous devons toujours porter un petit manteau mais pas cette fois, même qu'à 23h nous étions très confortablement assisent sur le bateau mouche à découvrir les ponts qui traversent la Seine. Et oui, malgré ma 16e visite, mes collègues et moi se gardons toujours un peu d'énergie pour une soirée pour jouer aux touristes, ce qui aide à nous détendre de notre semaine de travail.

Lors de ma dernière visite, en plus de voguer sur la Seine, nous sommes allés faire un petit tour dans Pigalle afin d'y découvrir un nouveau restaurant. Je le dis et le répète, j'ai la chance d'avoir des collègues qui acceptent de s'aventurer et qui me permettent de leur faire découvrir de nouvelles adresses. Qui dit Pigalle, dit le Moulin-Rouge ou encore le Musée du sexe donc, il allait de soit que notre restaurant se nomme le Braisenville!



Rassurez-vous, je n'ai aucune images qui pourraient choquer vos yeux chastes! Vous ne verrez que du beau qui s'est avéré être également que du bon!

Tout a débuté par un Gin tonic au concombre question de chasser toute l'humidité de cette journée. L'endroit est tout d'orange et de jaune vêtu avec quelques jambons accrochés au plafond et de grandes vitrines qui s'ouvrent complètement sur les trottoirs. Je pourrais dire que le décor était simple et épuré. Mais bon, ce qui vous intéresse certainement c'est plutôt son menu!

La tendance du menu (et de celui de bien des restaurants parisiens) est aux plats formats entrées, concept qui me ravi car il me permet de goûter à plus de choses et de faire mes choix plus rapidement. Le serveur nous conseille de prendre de 2 à 3 plats pour ensuite avoir assez d'appétit pour un dessert. 

Pour partager, nous avons choisi la Burrata tout en fraîcheur avec sa nage de pastèque et son granité à l'aneth. Les couleurs de l'assiette étaient magnifiques et nous avons rapidement terminé notre amuse-bouche.



Comme premier plat, mon choix s'est arrêté sur la joue de lotte qui m'a intriguée. La joue était d'une belle grosseur ce qui a piqué ma curiosité. Je suis allée voir de quoi avait l'air ce poisson. Pour tout vous dire, ce n'est pas très joli et je me demande qui a bien pu se dire que ça pouvait être bon. C'est une bête d'une bonne taille avec une grosse tête, le pourquoi la grosseur des joues. D'ailleurs, la pièce de poisson fondait dans la bouche et bien accompagnée de trompettes de la mort, tomates et piment grillé.



J'ai également été intriguée par le Cru-Cuit de quasi de veau de lait basque parce que je n'avais aucune idée de ce que c'était. Après quelque questions j'ai eu mes réponses. Tout d'abord, le quasi se trouve dans le muscle du fessier, entre la cuisse et la région lombaire. Quant au Cru-Cuit, il consiste à faire mariner la viande sous-vide pendant 24 heures et de la saisir rapidement au moment de servir. La pièce est d'une tendreté incroyable et le goût très doux. Ma pièce de viande était servie avec une purée d'épinard, gingembre et radis.



Personnellement, j'étais incapable de prendre un dessert, je trouvais les portions parfaites pour mon appétit. Être à Paris, il y a de fortes chances que j'y retournerais malheureusement, puisque mes visites dans la Ville Lumière ne se résument qu'à 3 à 4 jours aux 6 mois et la ville regorge de bonnes adresses. Ma mission à moi est de vous en faire la liste et de vous laisser choisir! Je peux d'ailleurs vous dire que j'ai déjà le nom de notre prochain restaurant en tête! Ne reste plus qu'à avoir les dates de ma visite pour en faire la réservation!

Adresse:
Braisenville (IXe arrondissement)
36, rue Condorcet
Paris
Tél.: +33 9 50 91 21 74
Métro: Anvers, Barbès-Rochouchard
Réservation fortement conseillée

Aucun commentaire: