Publicité 1

mardi 30 août 2011

Parlons bières, parlons Microbrasserie Breughel...

Dans une contrée pas si lointaine, quelque part sur la route 132, il existe un petit coin de paradis situé plus précisément à St-Germain de Kamouraska e qui s’appelle la microbrasserie Breughel.


La maîtresse de maison, d’origine québécoise, a déjà été propriétaire d’un restaurant à Dakar au Sénégal et aura plein d’histoires à vous raconter. Quand au maître-brasseur, son mari, ses origines flamandes imprègnent la maison de par les meubles dont une table banquette traditionnelle et cette magnifique armoire datant du XVIIe siècle.


C’est donc dans un cadre enchanteur que vous pourrez vous asseoir à une table près d’un lac où vous serez entourés de moutons, de poules et d’un coq qui chante même si le soleil est haut dans le ciel depuis longtemps! Il ne faudrait pas oublier ce gros toutou blanc qui a plus l’air d’un bibelot puisque pendant notre visite il a à peine lever le bout du museau pour accepter les quelques caresses que nous lui avons offert. Bref, la petite basse-cour saura plaire aux petits autant qu'aux grands.


Chez Breughel, vous êtes invité à apporter votre propre pique-nique en vous accompagnant d’une bière. Ou encore, vous pouvez choisir de casser la croûte en optant pour un des petits « en cas » de l’établissement. Rien de compliqué, seulement quelques produits locaux que l’ont désire vous faire connaître et surtout apprécier! L'endroit est parfait pour les gens qui ne sont pas pressé et qui veulent seulement décrocher que ce soit pour quinze minutes ou quelques heures.


Mon frère et moi, avons essayé le plateau de saumon fumé et séché servi avec pain maison qui ne nous pas déçu! Le goût était délicat, pas trop salé, pas trop fumé. Nous avons accompagné notre poisson d’une palette d’artiste qui consiste en 5 petits verres de dégustation. D’emblée, on vous sert les bières accompagnées d’un bol d’arachides salées décorées de verdure.


J’imagine que le point d’interrogation était visible sur nos visages, car notre charmante serveuse, en moins de deux, nous a expliqué que la verdure était en fait de la salicorne, une plante naturellement salée qui est récoltée sur les berges du fleuve St-Laurent.


Pendant un moment, nous étions seuls sur l’immense galerie qui faisant face au Fleuve et à Charlevoix. En moins de deux, la terrasse s’est presque remplie mais dans un calme respectueux de l’endroit. Je dis respectueux parce que personne n'osait parler fort, toutes les discussion se faisaient à voix basse pour que chacun puisse profiter de ce moment pour décrocher, admirer le paysage et apprécier sa bière.


Mon coup de cœur, mis à part le saumon, est une bière d’abbaye brune et forte qui sent bon la mélasse, la Boswell!


Ah et j'ai aussi appris que l’Éthiopie est un des plus beau pays d’Afrique à visiter à cause de ses paysage mais aussi à cause (et surtout) de l’acceuil de son peuple. Je me suis dit que vous seriez peut-être intéressé par cette information si un jour vous aimeriez aller visiter un pays d’Afrique, en tout cas, moi, j'ai bien noté ce pays!


Puis, pourquoi ne pas repartir avec quelques bières à déguster à la maison. Cette fois-ci, je suis repartie avec une Kamour et deux Bières de Vigne rosée et bien entendu deux Boswell .


Crédit photo: Miss Papila

Adresse :
Microbrasserie Breughel
68, route 132
St-Germain de Kamouraska
www.breughel.com/




lundi 22 août 2011

Ma visite au Vanhorne Restaurant...

Tout a commencé au printemps dernier, une soir ou je lisais tranquillement le fil d’information sur Twitter (hint!hint! hey oui! je suis sur Twitter pour ceux qui ne le savent pas et qui désireraient me suivre!). J’étais sur le point de me coucher mais un sujet de discussion de foodies montréalais avait attiré mon attention et ma curiosité.

En effet, plusieurs d’entre eux étaient invités à l’ouverture d’un nouveau restaurant à Montréal (ce qui est devenu chose commune depuis quelques années, je parle ici des ouvertures) mais dans un quartier autre que celui du Plateau et surtout sur une rue un peu moins fréquentée. Le Vanhorne Restaurant était né et à la vue des plats photographiés (ainsi qu'à lire les descriptions), s’en était fait de ma curiosité. En moins de 2 j’avais envoyé un courriel à une amie qui habite le voisinage pour lui annoncer la bonne nouvelle et ainsi nous nous promettions de visiter l’établissement lors de ma prochaine escapade dans la métropole.


Chose dite, chose faite, la promesse ce concrétisa lors de mes dernières vacances, il y a de cela 2 semaines.

Pour vous présenter l’endroit, je vous laisse aller lire les courtes biographies très intéressantes des propriétaires juste ici! Je suis tombée sous le charme de leur site qui est très épuré et qui respire la fraîcheur (quoi qu’il n’ait pas été rafraichi depuis les vacances)! J’aime beaucoup la comparaison du métier de cuisinier à celui d’une chorégraphie interprétée par un danseur…en fait, j’aime beaucoup l’association de ce restaurant à celui de du monde des arts…l’art visiuel, l’art écrit, l’art musical, l’art des saveurs…

On nous offre un apéro, un pastis pour moi…idée que notre serveuse avait soumise à une autre table et que j’avais retenu. Des bulles pour mon « hologramme » Diem.

C’est donc ici que la poésie commence, dans un décor où les murs, les tables et les chaises sont habillés de blanc. Au fond du restaurant, notre œil est immédiatement attiré vers un totem qui trône majestueusement près du bar.


Tout près de nous, il y a une immense murale blanche qui, selon mes recherches, aurait servi de portes au Pavillon de l’Iran à l’Expo 67. Cette dernière aurait été retrouvée dans le garage d’un ancien maire de Téhéran qui habitait Outremont (Il y a plus d’informations sur le décor juste ici).


Face à la murale, il y a des assiettes colorées qui doivent également avoir leur lot d’histoires. Ça c’est pour le décor.


Maintenant, il faillait faire notre choix! Hummm….difficile…

Pour son entrée en matière, Diem choisi le tartare de Maquereau saumuré au gingembre accompagné de radis, cornichons aigrelette wasabi et tuile au sésame. Le plat est une beauté pour les yeux…ce qui est un bon départ.


Pour ma part, je me suis laissée tenter par la fleur de courgette sur un carpaccio de concombre, tomates confites et pousse de radis. Une assiette légère et colorée, encore un plat à savourer des yeux avant d’y piquer ma fourchette.


Une petite mise en bouche faite d’une salade de champignons servie sur une mini assiette…petite touche qui nous séduit mon amie et moi.


Pour le plat de résistance, le choix de Diem s’est arrêté sur la longe d’agneau sur pommes de terre et mini chips qui fût un succès, selon ses dires. Encore une fois, il fait admirer la présentation et apprécier l’œuvre du chef…(ou le chef-d’œuvre de présentation!), on dirait une tableau.


Pour ma part, j’hésitais entre la longe d’agneau (également!) et l’omble de l’article. Mais lorsque notre serveuse s’est mise à me réciter le nouveau plat d’espadon cuit sous vide sur une tombée de choux de bruxelles et purée de noisettes, je n’ai su refuser la proposition. Et c’est aussi sous les conseils de cette même gentille personne, que j’ai pu découvrir un vin tout à fait divin, un Sauvignon Réserve Michel Wine Estate de la Nouvelle-Zélande 2009 (ahhh! C’est Néo-Zélandais!!!), blanc, bien entendu!


Malgré que nos assiettes n’étaient pas copieuses (ogres et ogresses s’abstenir!), nous n’avions plus faim pour un dessert. Quoi qu’il en soit, on nous a tout même apporté une petite mignardise composée d’une cerise amère, d'une purée dont j'ai oublié la saveur et d’une huile vanillée fait maison. Mini portion, mais une petite bouchée qui nous a laissé un sourire sur les lèvres.


L’endroit est poétique et très différent de ce qui est présentement considéré comme « à la mode ». J’ai aimé le côté sans prétention que dégage l’endroit tout en gardant un décorum dans le service et la présentation (qui mérite une mention spéciale pour sa qualité et le respect de ses clients!). On aime le côté resto de quartier dû à sa trentaine de places et au quatre personnes seulement qui y travaillaient ce soir là (incluant le chef et le sous chef!). J’aime que, même un mardi soir, toutes les places y étaient prises sans que l’ambiance ni le service n’en souffre. Bref, si comme moi, vous aimez les endroits qui contrastes d’avec le voisinage, que vous n’avez pas un appétit gargantuesque (je dois quand même mentionner que les assiettes ne sont pas copieuses, donc il faut y aller dans cette optique!), vous devriez repasser la porte en vous disant que vous avez vécu une belle expérience.

Adresse :
Vanhorne Restaurant
1268, Avenue Van Horne
Montréal
514.508.0828
Métro Outremont
www.vanhornerestaurant.com
*Réservation fortement recommandée étant donné la petitesse de l’endroit.

mercredi 17 août 2011

Vacances Août 2011 en rafale...

Tout commence par un carpaccio de betteraves haut en couleurs. Il ne s’agissait que de changer la coupe des betteraves de la recette que vous pouvez trouver juste ici.


Quelques jours près d’un lac pour se ressourcer.


Un essai au Bottega…fermé…un essai au Petit Alep…fermé…finalement nous avons atterri à la Pizzeria Napoletana pour une pizza artichauts, mozzarella et tomates fraîches, un choix sans regret.


Puis il y a eu une virée au Marché Jean-Talon et Chez Motta pour des boules au risotto. Celle aux champignons a remporté la palme. Le tout, accompagné de fromages québécois et d’un La Vendimia Palacios Remondo Rioja 2010…pur délice!


Et pourquoi ne pas terminer ce bon repas avec un café au lait maison…bon, pour moi c’était du lait au café mais c’était quand même bon!!! Vous voyez, je me suis même lancée dans le Latte Art!!! (Ouh lala!!! Je suis pleine de talents ma foi!).


Le lendemain, un autre petit tour Chez Motta pour le lunch entre un rendez-vous et un changement de toit. Je n’ai pu résister à la focaccia que je voyais partir à une vitesse folle la veille. Et pourquoi pas les 3 churros près de la caisse que j’allais accompagner d’une sauce au Nutella.


Je n’ai pu m’empêcher de me prendre quelques figues en faisant un cour détour par le Marché Jean-Talon Mmmmm!!!!


Oh et puis, un mini mini achat dans mon shopping d’après-midi. Une gâterie me direz-vous…je suis bien d’accord mais comment fermer les yeux devant un livre de recette qui se consacre qu'au Nutella (ce serait du déni et maintenant vous savez comment me faire chanter!!! Issshhh!).


Ah et puis je ne peux passer à côté de ma déception de la semaine, soit l’ouverture de La Rôtisserie Laurier de Gordon Ramsay. Les raisons :


Raison 1 : Je n’ai pas fait parti des 600 foodies invités à l’ouverture médiatique…qu’est-ce qu’il aurait fallu que je fasse pour ça? Bon, pas certaine que les 600 ont pu voir et goûter…mais bon, j’aurais au moins eu comme prix de consolation une photo avec le chef à vous montrer!

Raison 2 : Quitter Montréal le soir de la vraie ouverture où Monsieur et Madame Tout-le-monde pouvaient aller y manger…finalement, je me suis vite consolée car à la radio un mec a réussi à faire son show complet sur la fermeture d’urgence du resto pour cause de problème de gicleur…du moins, c’est ce que j’ai entendu.

Morale de l’histoire : M. Ramsay, tout ça est arrivé à cause de ma non-présence à votre restaurant, la prochaine fois, invitez-moi, ainsi vous éviterez bien des dégâts (argument super vendeur n’est-ce pas?!?).

Puis il y a eu un déjeuner au Cartet. Endroit dans le Vieux Montréal où je me suis promise de retourner pour y demeurer plus longtemps. Gaspacho et Sandwich aux œufs…en toute simplicité. Ceci étant dit, j’ai adoré l’ardoise et les tables réfectoires.


Il y a aussi eu une demande spéciale de guacamole maison (ici) et une autre pour un burger de veau et oignons caramélisés (). Comment refuser!!! Le tout accompagné d’une salade de betteraves de La Pâtisserie de Gascogne mais avec ma touche…un peu de feta grec!


Il y a aussi eu une recette manquée…comme quoi je ne suis pas parfaite en cuisine. Mais comme j’aimais la photo, j'ai quand même décidé de l'inclure dans mon billet.


Il y a eu beaucoup de kilomètres de parcourus mais aussi eu de nouvelles adresses que je partagerai avec vous dans les jours à venir et un ou deux projets en devenir et dont je pourrai vous parler bientôt…comme quoi, même en vacances, je n’ai pas chômé!! Ouf!!! C’est quand la prochaine semaine off????

Adresses :
Pizzeria Napolitena
189, rue Dante
Montréal
www.napolitena.com

Marché Jean-Talon
www.marchespublics-mtl.com/Jean-Talon

Chez Motta
303, avenue Mozart Est
Montréal

Le Cartet
106, rue McGill
Montréal
514.871.8887
www.lecartet.com

La Gascogne
Pour les points de ventes, mieux vaut consulter leur site
www.degascogne.com


jeudi 11 août 2011

Un peu d'Espagne ou d'Alsace dans un cocktail Cubain...

Que puis-je si je ne peux m’empêcher de vous écrire pendant 1 semaine!!!

Bah…je ne vous dérangerai pas très longtemps ou du moins juste le temps de vous faire connaître un tout nouveau cocktail qui a fait l’apparition dans mon bar (ce dernier à même obtenu la première place de ma « hit list de l'été 2011 »!) et aussi pour vous faire patienter le temps que je vous revienne avec mes vacances en rafale.

Étape numéro 1
Vous devrez vous trouver un événement à fêter! Que ce soit pour le début de vos vacances ou la fin (parce que la réalité nous rattrape...) l’aboutissement d’un projet, l’augmentation de salaire ou la rentrée scolaire (ouais…je suis un peu casse-pied là!), bref, peu importe la raison, l’important c’est d’en avoir une et je suis certaine quelle sera facile à trouver!

Étape numéro 2
Trouvez vous des amis qui aime les mojitos et les bulles autant que vous (je suis très disponible si vous manquez d’amis!!!). Il est très important de ne pas être seul sinon vous risquez d’avoir quelques problèmes à terminer une des bouteilles et ce serait du gaspillage (et on n’aime pas ça du tout même si a modération a bien meilleur goût!).

Étape numéro 3
Vous vous installez sur votre terrasse avec un plan d’eau pas trop loin, un BBQ en préparation et sirotez votre cocktail nouveau genre. Vous ne laisserez personne indifférent, croyez-moi!

Pour ce faire, vous n’avez qu’à suivre les conseils suivants :

Mojito Royal
Quantités pour 1 verre


1oz de rhum blanc
½ lime bien lavée
1 c. à thé de lime cordial*
7 feuilles de menthe fraîches
2 c. à thé de sucre de canne
Un vin blanc mousseux**
4 glaçons
Une branche de menthe pour la décoration (facultatif)

*La lime cordial est un sirop de lime.. Il est possible de faire la préparation maison mais personnellement, je l’achète déjà tout préparé. En fait, c’est comme un sirop de grenadine mais à la lime, d’ailleurs, dans les supermarchés vous pouvez la retrouver dans le même rayon.

**Il est certain que vous pourriez prendre un champagne mais ce serait cher pour rien. Personnellement je privilégie un bon Cava espagnol (très bon rapport qualité/prix) mais vous pourriez tout aussi bien y aller avec un Crémant d’Alsace.

  • Dans un grand verre, déposer la moitié de lime dont vous aurez, au préalable, presser le jus dans le verre.
  • Ajouter les feuilles de menthe ainsi que le sucre.
  • À l’aide d’un pilon, piler la lime, la menthe et le sucre afin de faire sortir l’essence des feuilles de menthe. Toutefois, faire attention de ne pas la broyer.
  • Ajouter la Lime cordial, le rhum et les 4 glaçons. Bien mélanger.
  • Remplir la moitié du verre restante de vos bulles.



Ainsi, vous pourrez savourer cette délicieuse boisson et commencer votre petite fête! Bon, ça suffit, maintenant je dois aller fêter la fin de mes vacances (Pfff!!! Nonnnnn! Je ne veux pas que ça se termine!!!).

Crédits photo: Miss Papila