Publicité 1

lundi 11 octobre 2010

Le soir où je suis tombée dans l'excès...

Ne vous en faites pas, j’ai encore quelques anecdotes sur mes derniers voyages à vous raconter. Mais voilà que j’avais une expérience que je ne pouvais passer sous silence plus longtemps. Il y a quelques semaines, j’ai reçu une invitation que je ne pouvais refuser.

1 : C’était pour l’anniversaire d’Ysa, une bonne copine à moi.

2 : Il y aurait un chef à la maison (et non, ce n’était pas moi mais le Montego !!! Yeah !!!)

3 : Comme cadeau, elle aurait une sommelière qui nous donnerait quelques informations sur le vin et qui ferait également la sélection des vins pour accompagner notre repas. (Pour ceux qui manque d’inspiration pour des cadeaux futurs, suggestion !!!)

Donc nous sommes vendredi, il y a une semaine, 17h, direction St-Augustin-de-Desmaures, après une semaine…ouf…essoufflante ! Je dois passer en mode relaxe (difficile après 3 semaines de courses effrénées !!! Vivement que le verre de vin arrive !).

Émilie, notre sommelière, nous présente donc notre premier vin. Un Riesling d’Australie (tiens, ils ne font pas que du shiraz !!!!). Le Julius Eden Valley 2007 de la Maison Henschke sera servi pour accompagner une bouchée de crabe et guacamole en verrine ainsi qu'un pétoncle saisi à la fleur de sel aux aromates de thym frais. D’ailleurs, petite leçon moléculaire, notre australien et le thym aurait une molécule identique, ce qui fait qu’en mariant le vin et l’herbe fine, la saveur de cette dernière et amplifiée, ce qui est loin d’être désagréable !!!

Fraîcheur de crabe et guacamole
Pétoncle saisi à la fleur de sel

Une brochette de grison, courgette grillée et fromage Perron suivi d’un tartare de canard fumé seront, quant à eux, accompagnés par le Premier Cru Les Duresses 2008, un Bourgogne de la maison Les Hospices de Beaune. Moi qui adore les vins de Bourgogne, je n’étais pas déçue ! (Désolée pour l'absence de photo pour ces 2 derners amuses-gueule mais les images n'étaient pas assez claires).

Du salon, nous devions passer à la table.

Assez le placotage, c’était l’heure de l’exagération mais avec modération (parce qu’elle a bien meilleur goût, croyez-moi!).

Pourquoi ne pas commencer en grand et ouvrir un champagne ?!? Quoi de mieux pour accompagner un foie gras au torchon, son croustillant de pain d’épice, son crumble de noix grillé et compote de figue. C’est Émilie qui le dit et je la seconde ! Un Pol Roger, Extra Cuvée Réseve 2000, pourquoi pas ! J’ai bien pris mon temps pour savourer ces petites bulles…car, et oui, c’est un de mes péchés mignons…mais très mignon car il est plutôt rare que je boive du Champagne avec un « C » majuscule !!! Petit bémol, mon foie gras était un peu trop tempéré…c’est peut être juste une question de goût mais je l’aime plus froid, plus ferme…mais le petit pain aux épices !!! Wouah !!! J’en aurais pris 2 triangles plutôt qu’un !

Foie gras au torchon et croustillant de pain d'épice

Puis ce fût au tour de mon « highlight » de la soirée côté plat ! Un bar noir du chili avec poivrons grillés et salsa à l’huile extra vierge ! Oui, je sais, je ne me peux plus sur ce poisson à chaire blanche et onctueuse, si juteux, si, si, si !!!! J’en ai trouvé finalement et pas plus loin qu’au IGA !!! Mais vous savez quoi, il est aussi cher que le thon notre cher bar…comme quoi moins il y a de lettre dans le nom d’un poisson, plus il est cher !!! 21$ la livre !!!! Voulez vous m’en expliquer la raison ?!?

Bar noir du Chili et poivrons grillés

Bon je me calme et je reviens à mon assiette qui a d'ailleurs fait l’unanimité chez tous les convives ! Et pourquoi ne pas revenir en Bourgogne avec un Chassagne-Montrachet Premier Cru en Remilly 2007 de la Maison Bruno Colin pour se marier à notre bar. Émilie, ça veut dire quoi « en Remilly » ?

(Mais je ne digère toujours pas le 21$ pour le bar…. !)

Et vous pensez que c’est fini !!! Aaaaah !!! Ben non !!!! de là, l’exagération!!!

Heureusement, le Montego a pensé nous faire prendre une petite pause en nous offrant un granité à la poire et Belle de Brillet (qui, j’imagine, est la boisson versée sur le granité). Tout de fraîcheur! C’est comme croquer dans une poire…ça aide à faire passer les 4 bouchées et les 2 premiers plats du service.


Granité à la poire et Belle de Brillet

Arrive ensuite la pièce de résistance! Le Tian de longe d’agneau sur poêlée d’épinards et champignons sauvages et tombée de tomates avec sauce au tannin épicé. Bon…c'est long comme titre mais en bouche, c'est comme un petit goût de ciel!  Pas facile de faire une cuisson parfaite quand on est dans une maison dont on ne connaît pas les appareils et qu’on a 15 personnes à satisfaire! Je dois faire un « thumbs up » au cuisinier et à notre serveur!!! Pour accompagner l’agneau, nous avons dégusté un IGT Rosso di Sicilia, Planeta, Burdese 2007, délicieux! Vous savez quoi, j’ai même pas pu tout manger!!! J’était triste, de laisser toute cette bonne nourriture dans mon assiette mais j’avais dépassé le stade de l’exagération…c’était la déchéance qui me guettait du coin de l’œil! Mais pour ce qui est du petit Italien…bah…comment résister! Pour lui, j’avais encore de la place!

Tian de longe d'agneau

Mais aye aye aye! J’en avais pas encore fini!!!!

Le Migneron de Charlevoix est arrivé avec son baluchon à notre table accompagné d’une compote de pomme! J’ai eu comme un relent d’énergie puisqu’il s’agit de mon chouchou des fromages! Et comme la vie est bien faite, mon coup de cœur de la soirée accompagnait mon Migneron! Le Tokaji Aszú 6 puttonyos de Hongrie. Le vin des rois, comme le disait Émilie…(moi, une reine, je m’imagine très bien, j’ai passé l’âge d’être une princesse quand même!). Mais Émilie, je sais que tu l’as expliqué mais « 6 puttonyos » qu’est-ce que ça veut dire? Et je l’ai aimé ce petit…que je l’ai aimé!


Baluchon de Migneron et compote de pomme

Mais voilà qu’il y avait le dessert qui se pointait gentiment sur le coin du comptoir! Éclairé par les chandelles, sous les « hip hip hip hourra !» et accueilli sous un bruit d’applaudissements, il arrivait en champion dans la salle à manger!!! J’étais à peine capable de chanter (voir respirer!), je pensais juste à la façon dont j’allais me prendre pour manger le morceau de la Surprise d’Ysabelle, soit un truffé au chocolat avec, en son centre, une galette de caramel!!!! Je voulais le rapporter chez moi et lui faire honneur le lendemain, ce que je n'ai malheureusement pas fait, à ma grande tristesse! Et pourtant, ce dernier aura suffit à m’achever!!! Une bonne bouffée d’air frais était de mise!!!


Surprise d'Ysabelle

23h…l’heure à laquelle nous sommes sortis de table, bourrés, non pas par l’alcool mais par l’excès de nourriture trop bonne pour qu’on la laisse là à poiroter dans nos assiettes. Le résultat, j’ai dû prendre l’air un bon 30 minutes et ce malgré le fait que c'était glacial et humide! Et pensez vous que j’ai mangé le lendemain!!!!??? Pas du tout!!! J’ai dû attendre au souper avant d’être capable de manger un repas normal!!!

Mais regretter cet excès? Non, pas du tout, et je m’assume dans ma gloutonnerie!

Un gros merci spécial à Martin de nous avoir reçu chez lui, dans sa maison et de nous avoir fait vivre cette expérience!!!

Un merci également à Émilie, une jeune sommelière dont l’entreprise, Fluide Sommellerie, en est à ses premiers balbutiements. Merci d’avoir été patiente avec nous, 15 élèves en déficite d’attention, ce n’est pas évident hein? C'est une expérience que je vous recommande vivement mais en petit groupe!!!

Adresses :
Montego
1460 avenue Maguire
Sillery
Tél : 418-688-7991

Fluide Sommellerie
Émilie Ste-Croix
Tél : 418-929-1731
e.stecroix@fluidesommellerie.com
http://fluidesommellerie.com/

4 commentaires:

Fluide Sommellerie a dit…

Bonjour Miss P,

Merci pour les commentaires et voici les réponses à tes interrogations ( je me fais toujours un devoir de répondre à TOUTES les questions, quitte à remuer ciel et barrique!)

Tout d'abord, «en Rémilly» est un 1er Cru (une parcelle de terre classée, donc supposée être supérieure en qualité) dans l'appellation Chassagne-Montrachet (qui est un une délimitation géographique entourant la commune du même nom). Ah la Bourgogne et ses crus! Il faudra me réinviter pour en connaître plus là-dessus ;-)

Ensuite, un «putonnyos» est un contenant de 25 kg de pâte de raisins botrytisés et séchés. Cette pâte est ajouter à un contenu de 136 litres de vin de base pour créer le «Aszu». Si l'on ajoute 25 kg, nous avons 1 putonnyos, 50 kg 2 putonnyos et ainsi de suite. L'échelle étant de 3 à 6, vous aviez le summum d'une mixture bien sucrée!

Au plaisir de vous retrouver (en petits groupes!)

Émilie

Foie Gras a dit…

Merci.
Post très sympa. Bonne continuation.
xavier

Miss Papila a dit…

Génial!!! Une fois écrit, je vais le retenir!
Merci Émilie!

ysabelle a dit…

Quelle superbe soirée-conceptuelle! L'accord vin-bouffe: parfait! L'ordre des services: stratégique! La présentation des plats: architectural! Le service: royal! Très bonne chronique! Il y aura surement un autre épisode ... Ysa