Publicité 1

samedi 21 avril 2018

Salade du printemps au crabe...

Ce matin je me suis levée et le soleil brillait de mille feux dans ma cuisine! Je me suis dit qu’enfin le printemps voulait faire sa place, que Galarneau ferait tout ce qu’il pourrait pour nous oublier la neige des derniers jours! Ce matin, je me suis dit qu’il n’y avait pas meilleur moment pour vous présenter ma salade d’herbes au crabe de la Côte-Nord! Vous n’aurez qu’à respirer une bonne bouffée pour avoir l’impression que ce printemps que vous attendiez tant est afin là pour y rester!

SALADE D’HERBES AU CRABE
4 portions


vendredi 13 avril 2018

Lōuise, ma nouvelle amie...

Le 19 avril dernier, plusieurs médias de Québec étaient conviés à la pendaison de crémaillère de chez Lōuise Taverne & Bar à vin. Officiellement ouvert depuis l’été dernier, le restaurant est dirigé par 4 restaurateurs qui comptent plusieurs années d’expériences dans ce domaine. En effet, sur les CV de Nikolas Couture (chef), Simon Jobin, Jean Deschênes et Blaise Fortier on y retrouve le St-Amour, Le Toast, Le Cercle ainsi que les pubs du Parvis, St-Alexandre et St-Patrick. Nul besoin de vous dire que le souci d’offrir de délicieux produits tant dans l’assiette que dans le verre ainsi qu’un service de qualité y est très présent. 

dimanche 25 mars 2018

Raviolis de canard à l'ail noir...

Chez moi, cuisiner, c’est une histoire de famille! En fait, je peux même affirmer que bien manger et manger bon est un de nos sujets favoris. Peut-être est-ce lié à ces beaux moments de partage que nous avons droits autour d’une table ou encore le souvenir plaisant des grandes tablées de mon enfance lors des réunions de famille. Toujours est-il que la plupart du temps, nous n’avons pas terminé de manger que déjà, nous parlons des recettes du prochain repas. Un de ces beaux moments de partage que j’adore, c’est lorsque j’ai l’occasion de cuisiner avec mes cousines. Que ce soit avec Geneviève, Isabelle et Vicky, on peut passer des heures à se décider sur le menu que nous allons faire et encore plus à cuisiner. Depuis quelques années, on y intègre même les enfants, comme le faisaient nos parents, nos tantes et nos oncles. Ceux-ci commencent à s’ouvrir à de nouvelles saveurs, mais surtout commencent à créer de beaux souvenirs associés au bonheur de partager un bon repas avec des gens qu’on aime.



C’est avec Vicky que la recette de raviolis au canard et à l’ail noir a vu le jour. C’était une de ses journées où on s’était planifié quelques heures pour cuisiner et se mettre à jour dans nos vies. J’en ai également profité pour lui faire découvrir l’ail noir de l’Île, un magnifique produit qui nous vient de l’île d’Orléans et qui se marie merveilleusement bien avec le canard. Le seul et unique problème lorsque l’on cuisine ensemble c’est qu’on s’emballe toujours en ce qui concerne la quantité, il y en a toujours plus que moins! Mais soyez sans crainte, il n’y a absolument rien qui se perd!

Raviolis de canard à l’ail noir
24 à 30 raviolis



INGRÉDIENTS POUR LA PÂTE À RAVIOLIS :
200GR DE FARINE 00
2 ŒUF

INGRÉDIENTS POUR LA FARCE : 
1 CUISSE DE CANARD CONFIT
15ML (1C. À TABLE) D’ÉCHALOTE FRANÇAISE HACHÉE FINEMENT
5ML (1C. À THÉ) D’AIL NOIR DE L’ÎLE*
5ML (1C. À THÉ) DE GRAS DE CANARD
2,5ML (1/2 C. À THÉ) D’AIL HACHÉ FINEMENT
10 GRAINS DE POIVRE SAUVAGE MADÉPICES**

INGRÉDIENTS POUR LA SAUCE :
300ML (1 1/4 TASSE) DE FOND DE VEAU
65ML (1/4 DE TASSE) DE VIN ROUGE SEC
15ML (1 C. À TABLE) DE BEURRE
15ML (1C. À TABLE) DE FARINE
5ML (1C. À THÉ) DE GRAS DE CANARD
2,5ML (1/2C. À THÉ) DE'ÉPINES D’ÉPINETTE VIEILLIES***
1 GOUSSE D’AIL NOIR DE L’ÎLE
1 ÉCHALOTE FRANÇAISE HACHÉE FINEMENT
UNE BRANCHE DE ROMARIN FRAIS
QUELQUES GRAINS DE POIVRE SAUVAGE MADÉPICES

*Il est maintenant possible de trouver de l’ail noir dans plusieurs supermarchés, mais le meilleur demeure celui de l’île d’Orléans que vous pouvez vous procurer ici.

**Le poivre sauvage de Madépices est un poivre très parfumé qui a un goût très particulier! C’est un de mes produits coup de cœur, et ce depuis plusieurs années! C’est simple, j’en mets presque partout! Vous trouverez la boutique en ligne ainsi que les différents points de vente juste ici.

***Je me suis procuré les épines d’épinette vieillies à la boutique chez Boulay Comptoir Boréal. Si vous n’avez pas accès à la boutique située dans le Vieux Québec, vous pouvez utiliser une branche de romarin frais.




  • Suivre les indications sur l’emballage de la cuisse de canard afin de faire fondre le gras.
  • Filtrer le gras de la cuisse de canard afin de vous en servir pour le reste de la recette.
  • Laisser la cuisse refroidir avant de procéder au désossage.
  • Tempérer la farine et les œufs.
  • Déposer la farine dans un grand cul de poule et former un puit au centre et y casser les œufs.
  • Battre les œufs délicatement à l’aide d’une fourchette en y ajoutant graduellement de la farine.
  • Lorsque la pâte est assez épaisse, utiliser les mains jusqu’à la formation d’une boule.
  • Il est possible qu’il reste encore un peu de farine dans le bol.
  • Fariner une surface propre et y pétrir la pâte pendant environ 10 minutes jusqu’à ce que la pâte soit lisse et non collante.
  • Si la pâte est collante, ajouter un peu de farine et pétrir à nouveau.
  • Emballer la pâte d’une pellicule plastique et laisser reposer à température ambiante pendant 30 minutes.
  • Désosser la cuisse de canard et récupérer les os pour en faire un délicieux bouillon!
  • Hacher finement la chair de canard.
  • Faire revenir l’échalote française de la farce dans le gras de canard puis les ajouter à la viande.
  • Réduire l’ail noir en purée à l’aide d’un couteau et l’ajouter à la viande.
  • Moudre les grains de poivre à l’aide d’un mortier à jouter également à la viande.
  • Mélanger tous les ingrédients et réserver.
  • Je ne mets pas de sel dans la farce, car je trouve que le canard confit est déjà assez salé en soi et que le fond de veau l’est également.
  • Si vous avez un laminoir, suivre les directives du guide du fabricant. Sinon, vous pouvez abaisser la pâte à l’aide d’un rouleau le plus finement possible.
  • Personnellement, je préfère utiliser un moule pour faire les raviolis, mais il est toujours possible de les faire en les coupant avec une roulette à pizza.

  • Pour la sauce, faire revenir l’échalote dans du gras de canard puis ajouter le vin, le poivre moulu et quelques épines d’épinette (ou une branche de romarin). Laisser réduire de moitié. Ajouter l’ail noir que vous aurez mis en purée et bien mélanger. Retirer du feu.
  • Dans une casserole, faire fondre le beurre et y ajouter la farine et bien mélanger à l’aide d’un fouet jusqu’à ce que le mélange commence à changer de couleur, c’est ce qu’on appelle un roux.
  • À ce moment, ajouter le fond de veau doucement et continuer à mélanger jusqu’à ce que le mélange commence à épaissir. Ajouter le mélange d’échalote et d’ail à la sauce et bien mélanger.
  • Dans une grande casserole, porter l’eau jusqu’à ébullition.
  • Ajouter du sel puis y plonger les raviolis.
  • Faire cuire 3 minutes puis égoutter.
  • Déposer dans une assiette pour pâtes et napper de sauce et garnir de quelques brins d’épinette vieillie ou encore d’une branche de romarin.

dimanche 11 mars 2018

Londres l'inspirante...

En septembre dernier, je suis allée faire une petite virée de 3 jours à Londres. Petite virée, il faut le dire vite puisque j’y étais pour le travail et que mes journées ressemblent à tout sauf à une virée. Cette fois-ci, j’ai décidé de vous parler de 3 types de restaurants qui pourraient très bien trouver leur place dans le paysage de la ville de Québec. Pour tout vous dire, je trouve qu’on manque d’imagination et que les gens ont plutôt tendance à copier la recette du voisin puisque celle-ci est gagnante. Donc voilà quelques adresses londoniennes très sympathiques qui, je l’espère, pourraient faire germer une idée à un restaurateur qui chercherait à se démarquer.

mercredi 28 février 2018

Variations sur un même yogourt...

Depuis quelque temps, j’ai pris l’habitude d’acheter que du yogourt nature et de préférence, un yogourt grec. Plusieurs raisons m’ont mené à cette décision dont celle de diminuer ma consommation quotidienne de sucre raffiné. L’autre raison est d’un tout autre ordre puisque le yogourt nature me permet tout simplement de cuisiner tantôt salé, tantôt sucré. Depuis, je m’amuse à aromatiser mes yogourts de toutes sortes de façons et surtout de m’inspirer de parfums d’autres cultures, que ce soit de l’Asie en passant par la Méditerranée. Pour sucrer vos yogourts, priorisez le sirop d’érable ou encore un miel local, c’est tellement meilleur au goût et bien meilleure pour la santé! Et vous, comment aimez-vous déguster votre yogourt?